Fédération Espérance
Sport, culture, compétition, loisir

L'Espérance

Fondée en 1941 pour le Football puis pour le Cinéma en 1942, l'association Espérance attendra 1964 pour voir la naissance de la 3ème section : le Tennis de table.

L'arrivée de Citroën à Chartres dans les années 60 favorise le développement de la commune, et l'augmentation de la population multiplie les besoins en activités.

A partir de 1971, l'année de la création du Basket-ball, c'est l'explosion pour atteindre 25 sections en 1998.

L'association Espérance est alors gérée par un comité directeur.

C'est en 2000 que l'Espérance devint Fédération et que les sections deviennent associations. Elles ont leurs statuts propres et sont déclarées en préfecture. La Fédération est désormais gérée par un Conseil d'Administration et un bureau.

22.jpg

La naissance en 1941

«L’Espérance »... le mot claque comme un drapeau. Qui a choisi l’appellation de cette petite société pour une commune moyenne?

Ils étaient trois à la signature des statuts : MM. Antoine Chatel, entrepreneur de travaux, Albert Launay, boulanger, Constant Mérel, employé au Crédit mutuel de Rennes.

C’était le 15 juin 1941. L’arbuste avait deux branches deux équipes de football, dont l’une jouait en réserve. 40 adhérents le 10mars 1942 quand le J.O. officialisa la naissance... 2 300 quand l’Espérance célébra son cinquantenaire en 1991... 2 500 en 1995...

Les deux sections créées pendant la guerre

Historique 1.jpg

Le Football (1941)

À cette époque c’était la guerre. Les équipes de football étaient rares.

La J.A. Bruz et les équipes de Rennes étaient les adversaires les plus proches. Née en 1941, avec la société, la section football, pendant plus de vingt ans, n’a eu que deux équipes seniors une équipe première qui jouait en championnat de 3e division, puis de seconde division, puis en 1 962 en première division, et une équipe réserve jouait en ouverture. L’unique terrain était alors celui de la Croix au Potiers.

En 1965 apparaît une équipe junior. En 1966, les équipes cadets et juniors sont mises en championnat.

En 1969, naissance de la 3e équipe senior dirigée par « Mimile » Gautier. En 1971-l 972, la réserve senior a son championnat et ne suit plus l’équipe première, ce qui complique les problèmes de déplacement. La vie continue et le foot évolue... Après le foot à cinq que prônait I’USEP et mis en place par Rémy Berranger pour la formation des jeunes car ils touchent plus souvent la balle et sont obligés de se déplacer sans arrêt et de « jouer sans ballon », la ligue officialise le foot à sept. Équipes de pupilles, équipes de poussins puis des équipes de débutants occupent les terrains les mercredis et samedis. L’école de foot devient un véritable apprentissage pour nos futurs footballeurs. André Jehannin, Gérard Coumé, Jean-Luc Letort, Bemard Magré, Michel Lucas sont les pionniers de ce qui est devenu une véritable organisation. A l’autre extrémité de la chaîne des âges sont les vétérans joueurs de 35 ans et plus qui n’ont pas envie de débrayer. Ces anciens disputent championnat et coupes et composent deux équipes. Ainsi va le foot... au fil du temps.

Bernard Magré et ses poussins.jpg

Le Cinéma (1942)

La salle de « L’Espérance », aujourd’hui disparue, allait être construite en 1942 permettant la venue du cinéma, seconde section et première culturelle à voir le jour.

La salle, rue de la Poterie, ne fut pas, à vrai dire, exclusivement réservée au cinéma mais plutôt une salle polyvalente car c’était la seule dans la commune à cette époque. Bien sûr, chaque semaine, s’y déroulaient deux séances de cinéma avec le 16 mm et le plus souvent les films étaient en noir et blanc et les fauteuils et les bancs... en bois.

le cinéma - l'ancienne salle.jpg

Déjà des bénévoles avaient pris en main les destinées du cinéma et il leur a fallu des bras solides. Jugez plutôt : la salle servait également pour les arbres de Noël des écoles, pour le repas des anciens, pour la fête des classes ainsi que pour de nombreux bals et réunions. Pour toutes ces manifestations, il fallait préparer la salle en déménageant les fauteuils et, après, tout remettre en place pour le samedi suivant. La salle a également servi pour des cours de claquettes et d’accordéon, des expositions et pour le théâtre.

La clientèle a toujours été fluctuante. On y a parfois tourné pour 7 à 10 spectateurs, mais il y eut aussi des temps forts, par exemple pour Ben-Hur, où on a « fait » 400 spectateurs. Pour Le jour le plus long, où il a fallu 5 séances avec une salle archicomble, des spectateurs allèrent même chercher des chaises au café le plus proche pour s’installer dans les allées.

Pendant la guerre, la salle fut réquisitionnée par les Allemands, qui en avaient fait un atelier de réparation de moteurs d’avions. Les travaux de cet atelier ébranlèrent les fondations; il fallut reconstruire la salle en 1951

Autre souvenir douloureux : la salle a servi de chapelle ardente lors du ombardement de Bruz le 8 mai 1944. Elle a toutefois eu son heure de gloire en recevant le général de Gaulle, le 10 septembre 1960, venu inaugurer l’usine Citroën de La Janais; à cette occasion il signa le livre d’or de la commune.

Malgré quelques vicissitudes, le cinéma long-temps animé par Henri Congretel puis par Jacky Collinet a été maintenu grâce à l’activité d’une cinquantaine de bénévoles. La disparition de la salle rue de la Poterie, peu confortable il est vrai, et son remplacement par la magnifique réalisation du Centre Culturel ont eu pour heureux résultat une augmentation sensible du nombre de spectateurs, ce qui laisse supposer que le cinéma a encore de beaux jours devant lui.

Après la guerre ...

Après la guerre, l’Espérance organisait des bals dans la salle, des courses cyclistes. Le comité des fêtes n’ayant duré que quelques années, l’Espérance animait la commune autour de son nouveau président Antoine Chatel.

Lorem ipsum

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nam ut enim metus. Proin et ornare leo. Donec interdum ligula vel tempus gravida. Ut ac velit mollis elit ullamcorper pellentesque eu sit amet mi. Mauris venenatis dui sed neque dictum, quis tincidunt lorem pellentesque. Suspendisse nec pharetra est. Pellentesque vel lacus nec quam tristique finibus quis et risus. Mauris aliquet varius ipsum. Quisque dignissim mi vel lobortis gravida. Donec consequat ligula a nibh auctor tincidunt. Donec bibendum ac metus et efficitur.

Lorem ipsum

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nam ut enim metus. Proin et ornare leo. Donec interdum ligula vel tempus gravida. Ut ac velit mollis elit ullamcorper pellentesque eu sit amet mi. Mauris venenatis dui sed neque dictum, quis tincidunt lorem pellentesque. Suspendisse nec pharetra est. Pellentesque vel lacus nec quam tristique finibus quis et risus. Mauris aliquet varius ipsum. Quisque dignissim mi vel lobortis gravida. Donec consequat ligula a nibh auctor tincidunt. Donec bibendum ac metus et efficitur.